Reportage Roadtrip Permaculture Maroc 2017 – 2019

L'agriculture c'est quoi ?

Certes, il y a l’agriculture biologique mais pas que... D’autres formes de culture des sols poussent les choses un peu plus loin et proposent une vision plus globale de cette relation tellement particulière à la terre qu’est l’agriculture. Encore assez marginales, elles représentent de vraies alternatives pour nourrir les Hommes sans y laisser notre peau (et nos sols). D’ailleurs PermaGrowing n’invente rien, c’est le rapporteur des Nations Unies qui le déclarait en juin 2010 : « Pour nourrir le monde, l’agro-écologie surpasse l’agriculture industrielle à grande échelle » (source).

Vous allez voir, comme beaucoup d’alternatives au début ça semble un peu space mais en fait c’est juste génial !

« Les membres de l’association permagrowing cultures et vies décident de se lancer dans la réalisation d’un reportage sur la permaculture spécial Maroc. »

La permaculture a été élaborée par deux agronomes américains, Cyril G. Hopkins et Franklin H. King dans les années 1910. Le concept est celui de la "permanent agriculture", une agriculture pérenne. Dans les années 1970, Bill Mollison et David Holmgren, deux Australiens, reprirent l’idée en la diffusant beaucoup plus largement. Le but est de ne plus labourer la terre. Oui, vous avez bien lu : plus du tout. Au lieu de cela, on nourrit le sol.

Né en 1938, Pierre Rabhi a été ouvrier avant de poser les bases de l’agro-écologie, une vision globale et humaniste de l’agriculture (l’agro-écologie) et de la vie qui passe par une remise en question de l’éducation. Après avoir travaillé au Burkina-Faso, il a fondé l’idée d’Oasis en tous lieux, ainsi que la structure Terre et Humanisme en Ardèche qui accueille des stagiaires. Il est à l’origine d’une insurrection des consciences (voir son blog) et du mouvement des Colibris.

Aussi, pour mieux comprendre  les enjeux vitaux de l’agriculture respectueuse de la terre et des champs, nous nous sommes tournés vers le Maroc pour la réalisation d’un reportage sur la permaculture.

TAHANNAOUT

Le roadtrip a démarré en Aout 2017 (Saison 1), par la visite d’une ferme à 30 Km de Marrakech, pas loin de la ville de Tahhanaout, Abdelrahim et sa famille tiennent une ferme ou la principale culture est l’olivier, quelques animaux, comme des poules, des vaches, des moutons pour la revente dans le marché local. L’irrigation se fait grâce à une pompe à Gaz, Abdelrahim m’expliqua que son problème c’est le prix du Gaz, car il doit en acheter 1 bouteille par jour pour irriguer ses oliviers.

Abdelrahim aimerait se lancer dans la production de légumes sans pesticides, et son obstacle c'est le GAZ. Nous lui avons parlé du BIOGAZ, et lui avons donné des conseils pour ses futures cultures.

"Le biogaz est un carburant renouvelable et pratiquement neutre en CO2. Il est issu de la fermentation de matières organiques, telles que les déchets verts ou les boues d’épuration. Comme le gaz naturel, il est composé essentiellement de méthane (CH4)"

LE GRAND ATLAS

Ensuite nous nous sommes laissé attirer par les montagnes et les terres des berbères, les cultures en terrasses, les noyers,  les pommiers… Pour nous il est important de préserver cette culture, ce mode de vie simple et riche en savoir-faire.

Les berbères ou Amazigh (Homme libre) travaillent la terre comme faisaient les ancêtres, se déplacent en général avec des mules, la rareté de la machine ne fait que maintenir la solidarité de la population, malgré la dureté du climat, et le manque d’eau dans certains endroits.

Nous y avons passé 4 jours accompagnés d’un guide de montagne, nous avons rencontré des belles personnes, des gens authentiques qui sont à l’écoute, pourtant méfiants car certains de leurs proches ont tout de même été tenté par l’utilisation des produits phytosanitaires.  

Pour PermaGrowing il n’est même pas nécessaire de parler du concept permaculture ou d’essayer de le vendre, les berbères ont un mode de vie simple et écologique. Néanmoins dans la discussion nous avons proposé une expérience pour la construction d’une serre bioclimatique pour la production de quelques légumes pendant la période hivernale, la neige peut atteindre plusieurs mètres certaines années.  Nous reviendrons lors d’une autre visite pour la réalisation de ce petit projet. Une étude est en cours pour la réalisation de ce projet participatif. Toute personne qui aimerait y participer peut nous contacter par email.

DE RETOUR EN FRANCE 

Et nous voilà de Retour en France avec une bonne énergie, nous avons pris plusieurs semaines, pour avoir du recul sur ce que nous avons vécu au Maroc, je me rappelle avoir dit à Isabelle dans le métro de Toulouse, "imagines des mules entre l’aéroport et Toulouse au lieu du métro".  ET NON !! Retour à la réalité ou plutôt à l'illusion ? Nous nous ne sommes pas trop éloignés des choses essentielles ?  Nous avons ressenti un manque d’espace dans nos appartements à Toulouse, et le manque de la nature devient insupportable !

"Aujourd’hui l’association PermaGrowing est sur une étude pour la création d’une ferme en permaculture à 56 Km de Toulouse"  LA FERME DE GOUTEVERNISSE .

 

LE GRAND SUD - M'HAMID ALGHIZLANE

Bien sur le Maroc n’est jamais loin, toujours présent dans nos esprits et dans nos cœurs.   En décembre 2017 nous sommes partis dans le Grand Sud, le désert Marocain, et plus exactement à Mhamid Alghizlane. Madani Hanana un permaculteur du désert et nomade,  exploite une ferme d’environ 1 Hectare, il cultive principalement, des dattiers, des oliviers… Un travail colossale de cultiver sur du sable avec une eau trop élevée en sel ! ET PAS QUE ! MADANI s’est donné le défi  de sauver toute une oasis de palmiers qui sont entrain de mourir !! L’eau ? est rare et le barrage de Ouarzazate ne fournit plus d’eau pour cette Oasis !   

Madani tente des techniques de dessalement  d’eau pour pouvoir cultiver des légumes. Par évaporation, ou par filtre mécanique en utilisant des jarres des pots en terre, de la pierre et du sable.

FES - AIT OUALLAL

Quand l’été Arrive le Maroc nous inspire. En 2018 nos contacts sur facebook nous ont sollicité pour visiter leurs fermes, nous avons choisi la Ville de Fès à la rencontre d’Ismail , un jeune Marocain qui s’est installé en permaculture depuis deux ans, à 30 minute de Fès et à proximité du village AIT OUALLAL. 3000 m² de pur bonheur ! Un personnage connecté à la nature.

Ismail et son épouse travaillent principalement sur la reproduction de graines naturelles et anciennes, ils cultivent une large gamme de biodiversité, en élevage deux chèvres et quelques poules pour leur consommation personnelle.  L’autre objectif est biensur l’autonomie alimentaire. Ismail utilisent plusieurs techniques et celle qui nous a le plus étonné c’est la MILPA.

« La milpa, ou les 3 soeurs, est une association de culture la plus connue. Présente traditionnellement en Amérique centrale, en Amérique du Sud mais aussi en Chine, la milpa est une association de 3 cultures différentes : le maïs, le haricot grimpant (haricot à rames) et la courge. Chacune apportant des bénéfices aux autres. La milpa est une association de culture ne nécessitant pas un terrain très fertile. Par ailleurs, la milpa présente aussi un autre intérêt. Alimentaire et un intérêt nutritionnel : elle a l’avantage de former une association (le maïs et le haricot) qui apporte tous les acides aminés essentiels (ceux que le corps ne peut synthétiser lui même). Au delà-même du jardinage, la milpa présente donc un intérêt pour notre santé ! Tout pour plaire ! »

Ismail, Travaille généralement seul, de temps en temps de l’aide des voisins, il essaie de sensibiliser autour de lui pour convaincre les voisins de se mettre à la permaculture, et de baisser en élevage d’animaux, il leur explique que plus ils augmentent l’élevage moins on aura d’eau dans le futur, effectivement, l’eau vient des sources des montagnes qui se forment grâce aux arbres, si la foret disparait l’eau disparaitra aussi ! L’élevage intensif empêche le développement des arbres.

Ismail s’intéresse beaucoup à la contemplation au lieu de l’observation seule, il arrive à comprendre son terrain et aussi les énergies qui l’entourent. En profitant tout simplement de la vie et toute sa simplicité ! Il a su faire sa place dans le village, Aujourd’hui on l’appel BOB et dans le café du village on y écoute désormais du Jazz, Ismail a su convaincre plusieurs jeune de son village de ne pas immigrer en Europe et travailler leur terres ! Un travail de sensibilisation par simple vocation.

CASABLANCA - LES JARDINS SUR LA MER

Notre étape à Casablanca LES JARDINS SUR LA MER une belle rencontre avec Odile et son association  « Sur la route de la permaculture ». PermaGrowing Découvre ainsi un concept encore inconnu dans ses rayons ! Odile est connectée à son Jardin en bord de mer grâce aux énergies qui nous entourent et au cosmos, La biodynamie une découverte époustouflante ! 

La biodynamie, ou agriculture biodynamique va au-delà du bio et considère la ferme comme un organisme vivant. Elle se base en outre sur les phénomènes naturels, le rythme des planètes et des étoiles. La biodynamie s’appuie sur les connaissances et le respect des forces du vivant. Elle recourt à des préparations à base de plantes pour favoriser les échanges entre la terre et la plante. Selon son fondateur, l’Autrichien Rudolf Steiner, elle "assure la santé des plantes et du sol pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux hommes".

Odile se soigne uniquement avec les plantes qu’elle cultive, elle consomme en général que du cru, ce qui lui donne une énergie incroyable. Nous avons découvert ensemble et semé certaines plantes médicinales, comme le basilic sacré, l'ashwagandha, le Goji etc…

LES JARDINS SUR LA MER reçoit aussi les woofers, ce qui a permis d’échanger avec des personnes des 4 coins du monde !  

PROJET SOUTENU PAR

2 thoughts on “Reportage Roadtrip Permaculture Maroc 2017 – 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *