27 Jan
  • By permadoc
  • 297 Views
  • 0 Comments

La ferme Miftah Alkheir – Maraîchage sur sol vivant

Expérimentation  Maraîchage sur sol vivant

maraichage sur sol vivant
Nos Récoltes été 2018

A PROPOS

L’objectif principal de cette expérience en Maraîchage sur sol vivant pendant cette première année 2017 – 2018  est  la reproduction de graines naturelles et l’autonomie en légumes pour 3 familles. Un grand défit à relever par deux personnes qui n’ont aucune expérience dans ce domaine, et de plus des techniques très peu utilisées chez les professionnels. 

Cette réflexion est partie du constat que dans la nature (bois, forêts, prairie…) les végétaux poussent tout seuls sans que le sol ne soit ni travaillé, ni amendé. Cette technique s’inspire à la fois de la permaculture (Bill Mollison, Introduction à la permaculture, 1991), de l’agriculture naturelle (Fukuoka, La Révolution d’un seul brin de paille), et de l’agriculture de conservation (semis sous couverts). Cette approche est encore considérée comme expérimentale par les chambres d’agriculture, et peu de professionnels utilisent ce modèle, nous avons cherché à démontrer la viabilité du jardinage sur sol vivant et des pratiques agro-écologiques poussées. 

Le projet a démarré en Mai 2017 avec Rachid, un maraîcher qui exerce ce métier depuis 2011. et Hicham, le président de l’association PermaGrowing. La ferme Miftah Alkheir d’une superficie de 1,2 Ha se situe à 40km de la ville de Casablanca et se compose d’un champs de 1000 m² en rotation de cultures pour principale objectif nourrir les animaux (volaille, une vache, un veau, quelques brebis/moutons) La ferme comprend aussi des arbres fruitiers, (oliviers, figuiers, une vigne, grenadiers…), une ruche, des potagers carrés en escaliers et un deuxième champs de 800 m² que nous choisirons pour notre expérience en maraîchage sur sol vivant. Nous y avons construit une serre à filets.

Les semences 

Les membres de l’association PermaGrowing placent la réflexion sur les semences au cœur de leur actions. Les paysans ont pour objectif la production de la nourriture saine tout en respectant leur terre et sa biodiversité. Cultiver avec la nature implique une sélection précise des variétés adaptées aux conditions pédo-climatiques, en sachant que ces conditions varient d’une ferme à une autre, d’une région à une autre etc. Grâce à cette sélection, les légumes et fruits sont adaptés aux conditions locales et peuvent être cultivés sans pesticides et voir avec peu d’arrosage. Hicham RAHHAOUI le président de l’association PermaGrowing se charge de sélectionner et commander les graines chez différents revendeurs et associations. 

Choix techniques

Les équipements sont constitués pour l’essentiel d’outillages manuels de jardinage, une tendeuse à gazon, un broyeur de végétaux etc…

Nous  avons préparé plusieurs planches et buttes de cultures permanentes, soit environ 400 m² (sous serre à filet et plein champ) de surface cultivable (hors chemins et passages). des buttes de 30m/1m et des planches des 30m/75cm

Nous nous sommes basés sur des principes de la nature pour scinder notre jardin potager en plusieurs zones et de faire en sorte que chaque arbre, plante ou fleur au sein de chaque partie assure diverses fonctions, afin de limiter l’intervention humaine :

Couvrir le sol de « mulch » (d’origine animale, végétale ou minérale) pour préserver l’humidité de la terre. Dans notre cas c’est du fumier de vaches, moutons  et gazon et d’autres plantes qui poussent sur place. 

Récupérer et recycler les eaux de pluie et de ruissellement, qui regorgent d’éléments nutritifs bons pour la végétation;

Associer et rapprocher les plantes susceptibles d’interagir positivement entre elles;

Cultiver différentes variétés de plantes sur de petits espaces; 

N’utiliser aucun produit chimique afin de protéger la microfaune;

Réaliser notre propre compost à l’aide de déchets du jardin et/ou ménagers, de fumier de vaches, de moutons de volaille etc…

Mise en place et phase de transition

L’une des premières actions que nous avons menée est de préparer les sols (Buttes et planches), nous avons apporté une grande quantité de matière organique fraîche carbonée à travers la paille, le BRF (bois raméal fragmenté), du broyat, des feuilles... (env 20T/Ha) Matière Organique apportée en Novembre 2017

passer d’un sol de prairie à une culture maraîchère demande un certain temps ,le temps que la matière organique ajoutée soit digérée, Il faut également le temps que l’outillage et la technique spécifique à cette méthode soient maîtrisés par les maraîchers Rachid BOUMALKI et Hicham RAHHAOUI.

Quelques mois plus tard en avril 2018 nous avons remarqué  une forte augmentation de l’activité biologique du sol, des vers de terre, des champignons, des araignées, de cloportes etc. (ça a permis un léger ralentissent du processus d’effondrement de la porosité mécanique) La porosité biologique prend place doucement, vers de terre de plus en plus nombreux… 

Nous sommes conscient que cette transition peut prendre 4 à 5 ans, et effectivement l’apport important de matière organique a permis  tout de même une amélioration visible du sol

Mise en place des cultures 

Le sol étant couvert en continu et non travaillé, la levée des adventices a été fortement  réduite, nous avons constaté que  les vivaces peuvent persister, et le seul moyen est de les éliminer manuellement. Nous nous sommes inspirés de la ferme de François Mulet Maraîcher ver de terre production les semis de crucifères (radis, navets) sont faits à la volée dans le couvert broyé, pour la carotte et le navet, la technique est plus complexe il faut préparer des ligne à travers la paille et le compost pour pouvoir semer le long des buttes. Pour les cultures plantées en motte, encore une fois et à la main « ouvrir » la paille pour permettre la plantation.

La phase d’entretien

Le partenariat et l’accompagnement se termine en mois de Octobre 2018. Rachid Boumalki assurera le suivi de ce projet en toute autonomie. Il  devra chaque année, rajouter de la matière organique fraîche (non compostée) et carbonée (fort C/N), du paillage pour couvrir les besoins du sol et entretenir sa biodiversité. Il devra suivre assurer les rotations des buttes et planches de cultures, et continuer à reproduire les graines que nous lui avons laissé pour la suite de son projet d’agrandissement.  Nous remercions Rachid de nous avoir permis cette belle expérience riche de savoir et lui  souhaitons une grande réussite dans son projet. Nous restons en contact pour l’évolution des opération à venir. 

Résultats et conclusion 

Cette opération a été un grand succès auprès des consommateurs et jeunes entrepreneurs marocains qui se soucient de l’environnent. En effet nous avons participé à l’événement des 06 et 07 Octobre organisé par Le chant des colibris et l’institut français de Casablanca. Par la suite nous avons reçus plusieurs visiteurs à la ferme, intéressés par ce mode de culture naturelle et souhaiteraient travailler en partenariat avec notre association.  Nous avons formé deux jardiniers pendant cette année qui à leur tour formeront d’autres jardiniers, nous travaillons sur le projet de création de l’association PermaGrowing Maroc, aussi nous mettons en place une stratégie de formation de plusieurs jardiniers dans le sud du Maroc pour agrandir notre réseau de collaborateurs. 

 

 

 

POST TAGS:
    Not Tags
About The permadoc